88 bis avenue Charles de Gaulle 92 200 Neuilly-sur-Seine

La diététique

Repères utiles

« La diététique, c’est l’art de vivre » disait le professeur Trémolières. C’est l’art d’être heureux avec ce que l’on mange.
C’est aussi une science ! C’est l’étude des aliments et de leur devenir dans l’organisme.
C’est un art pour ceux qui en suivent les préceptes, une science pour ceux qui la conseillent.

Cette page n’a pas l’intention d’être didactique, elle se veut plutôt pragmatique. Concrètement, plus vous aurez de connaissances en nutrition plus notre conseil sera efficace.
Donc pour bien démarrer, nous vous proposons quelques références. C’est une façon de vous guider à travers la forêt d’articles et d’ouvrages qui traitent du sujet.
Il ne s’agit pas du seul chemin à suivre. Il ne s’agit pas non plus du meilleur. En effet, le meilleur chemin, c’est celui qui aura été fait pour vous, celui qui correspond à votre physiologie, à votre personnalité.

La liste suivante se base sur notre expérience professionnelle et sur l’actualité.

1. Pour connaître les bonnes habitudes

L’éducation nutritionnelle est une pédagogie comme une autre, une pédagogie participative. La connaissance des aliments, de leur technologie, de leur devenir dans l’organisme et la physiologie, permettent d’adapter à chaque individu un programme alimentaire dans le cas de pathologies ou de perturbations du bilan biologique, ou d’activités particulières (pratique sportive, etc). Notre savoir-faire permet de corriger les erreurs alimentaires les plus fréquentes et donner des conseils adaptés à chacun.

Tous les aliments sont bons, il ne faut rien diaboliser! Seule la répétitivité de certains comportements peut s’avérer préjudiciable sur le plan du capital santé!

Depuis quelques années a été lancé le PNNS, programme national nutrition santé. Ce PNNS a pour but de sensibiliser les gens à leur alimentation: augmenter la part de consommation de fruits et légumes, manger moins gras, bouger plus etc..

Il est bon de rappeler sur ce site le travail de synthèse élaboré par les scientifiques pour sensibiliser nos compatriotes à l’intérêt de combattre les erreurs alimentaires les plus fréquentes, erreurs dont on connaît l’implication directe dans certaines maladies.

Il est aujourd’hui parfaitement établi que l’alimentation et l’état nutritionnel participent de façon essentielle au développement et l’expression clinique des maladies qui sont les plus répandues en France et dans les grands pays industrialisés. Il est grand temps de faire quelque chose et de raisonner en terme de prévention. “ Bien manger pour bien se porter ”, tel est l’objectif du plan national nutrition – santé qui s’étale sur plusieurs années. Avec ce plan, les pouvoirs publics veulent d’abord sensibiliser les Français avec la nécessité d’adopter des comportements alimentaires plus équilibrés. Les objectifs nutritionnels considérés comme prioritaires en matière de santé publique sont :

Augmenter la consommation de fruits et de légumes.

L’objectif est de réduire de 25% le nombre de petits consommateurs. Les végétaux sont notre capital santé, il n’y a pas de saison pour mettre fruits et légumes au menu. Ils sont la condition d’une bonne forme. Fruits et légumes ont une faible valeur énergétique, apportent des fibres, des vitamines et des sels minéraux.

 

Augmenter la consommation de calcium.

L’objectif est de réduire de 25% le nombre d’individus ayant des apports calciques inférieurs aux apports recommandés.

 

Réduire les apports lipidiques à moins de 35% des apports énergétiques quotidiens.

 

Augmenter l’apport de glucides à plus de 50% de l’apport énergétique journalier.

L’objectif est d’augmenter l’apport en fibres, l’apport en glucides complexes et diminuer l’apport en glucides simples.

Réduire la consommation d’alcool

Réduire et limiter à moins de 20 g d’alcool par jour dans la population générale afin de diminuer la contribution des « calories alcool ” à l’apport énergétique.Il ne faudrait jamais dépasser 8% de calories d’origine alcoolique dans une ration équilibrée. Cela ne concerne pas, bien sûr, les patients alcooliques.

Réduire de 5% le taux de cholestérol moyen des adultes.

Réduire les chiffres de la tension artérielle

Réduire de 20% la prévalence de surpoids et d’obésité chez les adultes (BMI>25 kg/M2)

Augmenter l’activité physique

D’autres objectifs nutritionnels qualifiés de spécifiques ont également été ciblés :

  • lutter contre les carences en fer pendant la grossesse
  • améliorer le statut en acide folique (vitamine B9) des femmes en âge de procréer
  • promouvoir l’allaitement maternel
  • améliorer le statut en fer, calcium et vitamine D des enfants et des adolescents
  • améliorer le statut en calcium et en vitamine D des personnes âgées
  • prévenir la dénutrition des personnes âgées
  • lutter contre les déficiences en vitamines et en minéraux des personnes en situation de précarité

Sites conseillés:

  • mangerbouger.fr : Recommandations essentielles du site du Plan National Nutrition Santé applicables à tous.
  • ocha.fr : des références littéraires utiles pour tous
  • « Apports nutritionnels conseillés pour la population française » Pr A. Martin – édition Tec Doc

2. Pour perdre du poids

C’est le sujet le plus abordé….et par conséquent c’est là que vous risquez le plus de vous tromper ! En effet tous les régimes font maigrir, même les régimes idiots, le tout est de ne pas mettre sa santé en péril en faisant des traitements qui peuvent s’avérer dangereux et éviter le syndrome du « yoyo » en perdant vite et reprenant encore plus vite.

Se faire aider par un professionnel compétent est une sécurité et un gage de réussite.

 

3. Pour retrouver un rapport serein avec la nourriture

C’est un sujet moins évoqué que le surpoids, mais qui pourtant nécessite beaucoup d’attention. Beaucoup de gens ne sont pas à l’aise dans leur corps et se sentent en insécurité avec la nourriture. D’autres font partie des 20% de Français qui ont un désinvestissement alimentaire et qui ne voient pas l’intérêt d’une alimentation plaisante et conviviale. C’est parfois une question de culture familiale car on ne mange pas que pour se nourrir! « Comme on fait son lit, on se couche! »dit le dicton..

4. Pour répondre à une pathologie

Le diététicien -nutritionniste est là pour adapter l’alimentation et vous fournir les conseils pratiques. L’interrogatoire alimentaire permet un bilan nutritionnel et la mise en place d’une diététique adaptée à chaque cas. Nous avons identifié quelques liens intéressants qui couvrent certaines pathologies, mais cet inventaire n’est certainement pas exhaustif.

www.paris-diabete.fr : réseau Paris diabète
www.afdiag.org : association des intolérants au gluten

www.renif.fr : réseau de néphrologie d’Ile de France pour la prise en charge de l’insuffisance rénale

5. Pour répondre aux besoins d’une période de la vie ou gérer une situation particulière

enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, femmes enceintes et allaitantes, sportifs …Chaque âge de la vie, chaque situation physiologique particulière mérite une diététique adaptée. Le bilan nutritionnel effectué lors de la première consultation est transmis à votre médecin traitant et un suivi de soutien est mis en route si vous le souhaitez.

6. Pour aller encore plus loin

anses.fr : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. Page d’accueil.
anses.fr : Lien vers la table de composition des aliments.